L’EMDR a été développée au départ pour répondre à des situations de traumatismes (accident, attentat, abandon, deuil traumatique…). En effet, beaucoup de symptômes peuvent être la conséquence d’un traumatisme persistent non résolu. L’EMDR se révèle particulièrement efficace dans ces cas, même s’il a par la suite été étendu à une série d’autres troubles.

L’approche thérapeutique EMDR (désensibilisation et reprogrammation par des mouvements oculaires) a été développée en 1987 aux Etats- Unis. La thérapie EMDR a fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques et est reconnue/ conseillée par de nombreuses organisations internationales, dont l’Organisation Mondiale de la Santé.

L’EMDR est connu auprès du grand public comme ‘la thérapie avec les mouvements des yeux’. Mais l’aspect ‘mouvements des yeux’ est seulement une petite partie d’un processus par étapes beaucoup plus vaste. C’est une méthode très forte qui implique activement les émotions et les sensations corporelles, ce qui permet une guérison plus profonde. Les patients ne savent pas seulement qu’ils vont mieux, ils le RESSENTENT aussi.

Le traitement s’appuie sur la capacité innée du cerveau à traiter des expériences de vie pour arriver à une solution adaptative, de la même manière que le corps peut guérir des blessures physiques. Toutefois, dans des cas extrêmes, notre cerveau peut être dépassé par un choc traumatique et ne plus arriver à traiter (ou digérer) les informations comme il le fait habituellement. La thérapie EMDR permet de débloquer les mécanismes naturels de traitement de l’information, et ainsi le traumatisme peut être retraité de manière rapide et efficace.

L’EMDR consiste à reproduire (avec l’aide du thérapeute) un mouvement alternatif qui se produit de manière naturelle durant la phase de notre sommeil paradoxal. Durant cette période, notre cerveau « trie » en quelque sorte, nos différents souvenirs à stocker dans notre mémoire ou non (de l’hémisphère gauche vers le droit). Ce mouvement oculaire s’opère ainsi naturellement, permettant un nettoyage automatique des émotions associées.

Parfois ce nettoyage ne se fait pas, soit parce que l’émotion est trop forte, soit parce qu’il n’y a pas de cognitions positives pour contrebalancer la négative. On peut donner comme image celle d’une kyste qui se forme et reste imperméable à toute forme de rationalisation, peu importe les nouvelles expériences que nous pouvons faire.

L’EMDR permet alors de « percer le kyste », les émotions étant alors au départ très fortes, diminueront progressivement.

Ce sont les souvenirs stockés de manière dysfonctionnelle qui sont à la base de la pathologie. Le traitement EMDR donne accès aux aspects sensoriels, physiques, émotionnels, cognitifs de l’expérience traumatique et permet de retravailler ces informations pour qu’elles puissent être évoquées de manière consciente sans plus susciter de débordement émotionnel.

L’avantage de l’EMDR se situe dans l’efficacité et la rapidité du traitement, mais également dans ses résultats qui perdurent à long terme.

Des traumas plus complexes (par exemple un abus physique ou sexuel pendant une longue période) et une angoisse généralisée (une angoisse disproportionnée par rapport à des situations ou événements divers) demandent une préparation et une thérapie plus longue.
Dans ces situations, l’EMDR est toujours aussi utile mais s’intègre au sein d’une psychothérapie plus large.